La communion du jeudi

L'Eucharistie : Jésus nous offre les grâces du Salut

MesseLa Mission Marie Mère des Prêtres voudrait être un débordement de la miséricorde du christ ressuscité. Jésus n'est pas venu pour condamner, mais pour nous sauver gratuitement. Ce mystère de notre salut s'actualise par excellence dans l'Eucharistie. Communier, c'est recevoir cette grâce pour nous, et aussi pour ceux pour qui nous prions. Qu'y a-t-il de plus précieux à offrir que les mérites de la passion du Rédempteur?

Le Curé d'Ars, St Jean Marie Vianney, affirme : "Toutes les bonnes oeuvres réunies n'équivalent pas au sacrifice de la messe, parce qu'elles sont les oeuvres des hommes et que la sainte messe est l'oeuvre de Dieu". Et il ajoute : "La sainte communion et le saint sacrifice de la messe sont les deux actes les plus efficaces pour obtenir le changement des coeurs".

Offrir une communion

Au point de départ...

Tout d'abord, il faut bien avoir conscience que nous ne pouvons offrir à Dieu que les biens reçus de lui (cf 1 Co 4, 7)! Offrir quelque chose à Dieu comme un sacrifice, un effort, ne lui apporte rien en lui-même : il est déjà Dieu.

Mais précisément, c'est par un amour immense pour nous qu'il nous donne la joie de lui offrir quand même quelque chose. On le sait bien : faire un cadeau à quelqu'un remplit de joie aussi celui qui offre! Et Dieu veut nous donner cette joie de donner.

Qu'offrir à Dieu?

Marie Mère des prêtresOn connaît la phrase de Ste Thérèse de Lisieux : "ramasser une épingle par amour peut sauver une âme". Tout ce qui fait notre quotidien, joies et peines, peut être offert à Dieu. A la messe, nos offrandes sont symbolisées par l'offertoire du pain et du vin qui seront consacrés.

Mais on fait aussi aussi l'expérience de sa pauvreté. Ste Thérèse d'Avila raconte qu'elle "était au pied de son Crucifix et qu'elle n'avait rien eu à donner à Dieu ni à sacrifier par amour pour lui. Or le même Seigneur crucifié lui dit pour la consoler : "qu'il lui donnait toutes les douleurs et tous les travaux qu'il avait endurés dans sa Passion; qu'elle devait les regarder comme son bien propre et les offrir à son Père" (6e Demeures, chap.5).

La plus grande "chose" que nous pouvons offrir à Dieu, c'est bien son Fils, mort et ressuscité par amour pour nous!! C'est précisément ce que nous faisons quand nous "offrons une communion" : l'Eucharistie, c'est le mémorial vivant du Christ mort et ressuscité.

Que se passe-t-il lorsque nous offrons une communion pour les prêtres et les séminaristes?

Ste Thérèse de Lisieux explique : " Jésus, à quoi te serviront mes fleurs et mes chants ?... [...] oui, ces riens te feront plaisir, ils feront sourire l'Eglise Triomphante, elle recueillera mes fleurs effeuillées par amour et les faisant passer par tes Divines Mains, ô Jésus, cette Eglise du Ciel, voulant jouer avec son petit enfant, jettera, elle aussi, ces fleurs ayant acquis par ton attouchement divin une valeur infinie, elle les jettera sur l'Eglise souffrante afin d'en éteindre les flammes, elle les jettera sur l'Eglise combattante afin de lui faire remporter la victoire !..." (Manuscrit B 4v°)

D'une certaine façon, on peut dire qu'on donne une occasion à Dieu de répandre ses grâces!

Pour une communion, ce ne sont pas des grâces quelconques, c'est tout le fruit du mystère pascal, c'est tout le prix de la Rédemption que nous a acquise le Christ.

Et il suffit de dire au Père : "mon Dieu je t'offre cette communion pour telle personne" pour que ces flots de grâces soient répandus sur cette personne!

Faut-il prier pour des intentions particulières (tel prêtre que je connais) ou "en général" pour les prêtres et les séminaristes?

Les deux! Il faut avoir l'ambition de la sainteté pour tous les prêtres et séminaristes! Mais évidemment, c'est bien plus facile de prier pour une personne qu'on connaît, dont on voit le visage. Précisément, c'est en priant pour cette personne que je vais prier pour toutes les autres.

Pour prendre encore l'exemple de Ste Thérèse de Lisieux, elle a eu au Carmel deux frères spirituels prêtres pour lesquels elle a beaucoup prié et s'est beaucoup sacrifiée. Et bien aucun des deux n'a eu une vie sacerdotale idéale... mais Thérèse a désormais un nombre de frères prêtres et séminaristes considérables qui lui doivent leur vocation! Le Seigneur s'est servi de sa prière pour deux personnes concrètes afin de lui donner une fécondité immense, selon d'ailleurs son désir : "puisque le zèle d'une carmélite doit embrasser le monde, j'espère avec la grâce de Dieu être utile à plus de deux missionnaires" (Manuscrit C, 33v°).

Communier le jeudi

Le choix de la journée du jeudi rappelle l'institution du sacerdoce lors de la sainte Cène. C'est le jeudi Saint que Jésus à fait de ses apôtres ses prêtres pour toujours.

Bien évidemment, si aller à la messe est impossible ce jour-là, on pourra communier un autre jour à cette intention! On pourra toujours réciter la prière à Marie Mère des Prêtres.

Pour nous rendre plus disponibles à cette effusion de miséricorde, nous proposons d'y associer un effort personnel.

La puissance de l'intercession

Qu'est-ce que l'intercession?

Image de Thérèse de LisieuxC'est le fondement de notre mission de prière! Certes, le Seigneur n'a pas besoin de notre prière et il sait très bien de quoi les hommes ont besoin. Alors pourquoi prier pour les prêtres et les séminaristes?

Ste Thérèse de Lisieux explique : "Ah! c'est que Jésus a pour nous un amour si incompréhensible qu'Il veut que nous ayons part avec lui au salut des âmes. Il ne veut rien faire sans nous". Et elle ajoute : "Notre mission comme Carmélites est de former des ouvriers évangéliques qui sauveront des milliers d'âmes dont nous seront les mères..." (Lettre 135).

La puissance de l'intercession

Alors prions avec foi ! "Si deux d'entre vous se mettent d'accord pour demander quoi que ce soit, ils l'obtiendront de mon Père qui est aux cieux" (Mt 18, 19). Insérons-nous dans la grande "prière sacerdotale" (Jn 17) qui le soir du Jeudi Saint a prié avec insistance pour ses apôtres.

Prions en paroisse pour nos prêtres! Découvrez nos propositions de chapelet paroissial, d'adoration, ou de messes.

Les deux ailes de l'intercession

Mais l'intercession ne se limite pas à la prière! Donner et pardonner sont les deux ailes de l'intercession (St Augustin). C'est là que se place notre mission d'actions concrètes. D'abord pardonner : oui, nous avons tous souffert à des degrés divers de membres du clergé... Et donner : bien simplement, là où le Seigneur nous a placés, vivre la charité chrétienne envers les prêtres et séminaristes que nous connaissons.

Agir concrètement...



Partager     Page Facebook     Blog : WordPress      Espace membres         English: WordPress